Ouest France – Saint-Renan. Les Médiévales ont fait voyager dans le temps

Huit cents personnes ont défilé costumées, en respectant la hiérarchie sociale de l’époque : les riches devant, les pauvres derrière ! | Ouest-France

 

Près de 20 000 personnes ont fréquenté le festival médiéval de Saint-Renan. Un voyage dans le temps, entre nobles, chevaliers, troubadours et… gueux !

Grand succès, ce week-end du festival médiéval, fréquenté par plus de 20 000 personnes, attirées par une ambiance hors du commun et, surtout, par cette occasion unique de faire un bond dans le temps, à la rencontre de nobles, chevaliers, troubadours, artisans, moines, hommes d’armes et… gueux !Même si l’on remarque une nette prédilection pour les beaux habits : on rencontre ainsi beaucoup de nobles, parés des plus beaux atours, ainsi que des ménestrels élégants, mais l’on ne croise pas beaucoup de mendiants, ni de paysans.

Rigueur et folklore

Sauf au défilé, le point d’orgue du festival, dimanche après-midi, juste après le fastueux banquet, dans les rues rénanaises. Sous les flashs des appareils photo des touristes massés sur les trottoirs, sous les acclamations admiratives et les rires, c’est un beau défilé qui colle bien à l’identité du festival, oscillant entre rigueur et folklore.800 personnes costumées passent ainsi, sont méticuleusement classées selon leur rang : nobles, bourgeois, ou simples gens du peuple. En tête de file, juste après les membres du Conseil municipal des jeunes de Saint-Renan, on retrouve un membre de la cour du couple royal, qui tient un imposant Irish Wolfgang : « J’ouvre le défilé, pour pouvoir protéger la Reine, déclare-t-il en brandissant cette arme qui, à l’époque, était utilisée pour chasser les loups. »Le défilé dure plus d’une heure. Les membres du Clergé donnent de la voix et s’arrosent le gosier sans vergogne. Demain, ils troqueront l’aube pour les crampons : bon nombre des pêcheurs sont en fait membres de l’équipe de rugby de la ville…

Campement médiéval rural

C’est comme ça les Médiévales : il y a ceux qui, férus d’histoire, font attention à ne pas commettre d’anachronismes, ceux qui connaissant sur le bout des doigts la vie des personnages qu’ils incarnent et ceux qui viennent là pour profiter de l’ambiance et s’amuser, comme les Vikings, très à la mode dans les rues de Saint-Renan.On salue ainsi le talent des Compagnons de l’Hermine Radieuse qui ont étudié la vie rurale médiévale, un phénomène assez rare dans le milieu de la reconstitution historique. Ils se sont pris au jeu et animent avec talent le campement médiéval du festival.Leurs bénévoles, passionnés, communient autour d’un seul objectif : rendre l’histoire plus proche, plus vivante, plus accessible : « Loin des fastes élitistes des cours princières, nous centrons nos efforts sur l’évocation de la vie populaire quotidienne », expliquent-ils, en confiant certains détails sur la vie des Renanais de cette époque : « Le poissonnier était mal vu, comme dans Astérix ! »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s