Ouest France – François 1er était à Saint-Renan il y a 500 ans

Le roi François 1er à fait son entrée sur la place du Vieux marché, encadré par les membres des médiévales et des Compagnons de l’hermine radieuse en costume d’époque.

Le roi François 1er à fait son entrée sur la place du Vieux marché, encadré par les membres des médiévales et des Compagnons de l’hermine radieuse en costume d’époque.

Mardi en soirée, nobles dames et nobliaux se sont réunis place du Vieux-Marché pour accueillir François 1er en visite dans la ville. Cette reconstitution historique, organisée par les médiévales et la Ville de Saint-Renan, se déroulait en souvenir de la venue en 1518 du roi au siège de la justice royale, qui se situait à Saint-Renan à l’époque.

Les membres de l’association des Compagnons de l’Hermine radieuse, qui se passionnent et restituent la vie au XVe siècle, étaient également présents pour accompagner le convoi royal. Sur la place décorée pour l’occasion, le public présent a pu également déguster des vins et produits médiévaux proposé par l’Échoppe du Griffon noir, des passionnés de la cuisine et du Moyen-Âge qui proposent des plats et des hypocras uniques, servis autrefois à la noblesse.
Publicités

Télégramme – Reconstitution historique. Une haie d’honneur pour François 1er

Mardi, un événement inhabituel s’est déroulé place du Vieux Marché. Vers 19 h, l’un des rois de France les plus célèbres et emblématiques, François 1er, a fait une apparition majestueuse, monté sur un magnifique cheval. Cette reconstitution historique était organisée dans le cadre de la commémoration de la venue du Roi à Saint-Renan voilà 500 ans. Un public passionné, des élus et des membres costumés des associations Les Médiévales, les Compagnons de l’Hermine radieuse et Festi’Cheval ont reçu avec les honneurs le monarque qui a régné de 1515 à 1547. Les volontaires et les curieux ont visité les caves médiévales de la maison Rouge et du Corps de Garde ouvertes pour l’occasion.

Ouest France – Il y a 500 ans, la visite de François Ier…

Les organisateurs des manifestations prévues autour des 500 ans de la venue de François Ier dans le pays de Brest posent à l’endroit de la reconstitution historique, devant le Château. | 

Dans le cadre des Journées du patrimoine, une série d’animations historiques sont prévues devant le Château de Brest, à Saint-Renan et Lesneven pour commémorer la visite du roi.

L’initiative

Quoi de mieux qu’une reconstitution historique pour ouvrir les portes de l’histoire au grand public…

Si le passage de la duchesse Anne de Bretagne ou l’arrivée de l’ambassadeur du royaume de Siam sont bien connus, plus confidentielle demeure la visite de François Ier, venu établir son pouvoir royal et visiter ses installations militaires.

Cet oubli est réparé sous l’impulsion d’Alain Boulaire, historien brestois bien connu.

Reconstitution historique

Le dernier « roi-chevalier », plus célèbre pour sa victoire à Marignan et les guerres en Italie, est pourtant le seul roi de France à avoir honoré de sa présence le pays de Brest. C’était en 1518. Il y a 500 ans.

Les Journées européennes du patrimoine seront l’occasion pour le Musée national de la Marine en partenariat avec les Médiévales de Saint-Renan et la ville de Lesneven de célébrer de manière un peu symbolique ce temps fort historique.

Pourquoi ces trois villes ? « Elles respecteront les lieux de passage du roi de France,explique Jean-Yves Besselièvre, administrateur du musée de la Marine. Le chateau de Brest existait déjà, mais la ville n’était une petite bourgade de 1 500 habitants. La Sénéchaussée était à Saint-Renan et d’autres villes, comme Lesneven, jouaient un rôle économique local plus important. »

Les festivités débuteront vendredi 14 septembre par une reconstitution historique de 18 h 30 à 20 h30. Un François Ier plus vrai que nature sortira du Château de Brest à cheval et par la grande porte pour rejoindre un campement de soldats installé au pied des remparts.

Une série d’animations gratuites y seront proposées par une trentaine de membres des associations Festi-cheval et Ar Soudarded spécialisées dans les reconstitutions historiques : combats en armure, attelage, enrôlement de marins, campement…

Aux alentours

Saint-Renan, ancien siège de la justice royale, se mettra à l’heure de la Renaissance mardi 18, sur la place du Vieux-Marché.

L’Hermine radieuse a prévu un accueil costumé, la visite de la cave médiévale de la maison rouge (ancienne mairie) et du corps de garde (ancienne prison ducale), la lecture des textes relatant la visite de François Ier et la dégustation vente de vins et produits médiévaux.

Enfin, Lesneven commémorera la venue du roi de France vendredi 21 septembre, de 19 h à 21 h 30. La soirée débutera par une causerie à la mairie (19 h) avec Jacques de Kerdanet pour découvrir la sombre histoire de Jehan Marec’h qui alla jusqu’à attaquer la garde de François Ier. A 20 h 30, trois artistes du groupe Lirik, chanteront a capella depuis le balcon de la mairie…

Le tout sur une place décorée pour l’occasion et illuminée à la lueur de plusieurs centaines de bougies.

Télégramme – En quête de bénévoles

Plusieurs centaines de visiteurs sont venus découvrir et prendre contact avec les dirigeants des associations présentes au Forum samedi. « La manifestation remporte encore un succès avec cette grosse affluence grâce aux choix variés présentés par les 55 associations présentes », précise Jean-Louis, adjoint au maire. Parmi elles, l’association Les Médiévales était à l’honneur avec plusieurs bénévoles costumés. Le groupe recherche des volontaires pour préparer l’événement majeur de l’été prochain avec la 16e édition de la grande Fête médiévale de Saint-Renan qui se tient tous les deux ans.

Télégramme – Médiévales. Du jamais vu depuis 2004

Toujours autant de succès pour les crêpes de la fête des Médiévales.

Deux jours magiques de festivités et un voyage dans le temps auront attiré plus de 20.000 personnes, samedi et dimanche, lors de la fête des Médiévales 2017. Yves L’Hénaff, président de l’association, revient sur la réussite de cette quinzième édition.

Quels sont les facteurs du succès de cette quinzième édition ?
« C’est tout d’abord un engagement fort et la mobilisation de 250 bénévoles, pour certains depuis plusieurs mois, mais aussi, le soutien financier et logistique des partenaires et des institutions (Mairie, CCPI, Région). Pari gagné aussi grâce à un public nombreux et averti, toutes générations confondues ».

Aviez-vous prévu autant de spectateurs ?
« De mémoire, je n’avais pas vu pareille affluence depuis 2004. Cette année, avec les spectacles nocturnes proposés le vendredi et le samedi, nous avons dépassé nos espérances. D’ailleurs, il a fallu se réadapter pour assurer la logistique et réapprovisionner parfois en urgence les stands de restauration. Le défilé aura été l’un des grands moments de cette édition. Grâce au beau temps, le public s’est déplacé de loin pour admirer les 800 personnes costumées qui ont paradé sur trois kilomètres le long des rues, au grand bonheur des spectateurs ».

L’équipe organisatrice avait également mis l’accent sur la sécurité cette année…

« Oui, c’était pour nous une priorité vu le contexte actuel. Plusieurs réunions en amont ont été menées avec les services de sécurité (gendarmerie, police municipale), la sous-préfecture et la municipalité, qui ont préparé cette fête avec un grand professionnalisme. L’objectif était de réduire les risques au maximum. Nous avons placé des blocs de béton et des véhicules en bout de rue, permettant malgré tout l’accès des services de secours (Croix-Rouge, pompiers…), qui ont été aussi sollicités. De plus, nous avons fait appel à une société spécialisée de sécurité afin de vérifier certains accès et bien sûr, aux bénévoles de la ville, dirigés par André Le Ru ».

Quel est votre objectif pour la prochaine édition ?
« On peut toujours faire mieux, même si nous restons modestes. L’idée serait peut-être de déplacer le banquet royal sur un autre site, peut-être la place de Bretagne, afin que le public en profite encore davantage. Cet épisode de la fête est pour nous un moment clé qui mérite une meilleure mise en valeur. Aucun dysfonctionnement majeur n’a perturbé la fête et c’est le principal. Je voulais encore remercier tous les bénévoles qui se sont investis. Rendez-vous dans deux ans avec d’autres surprises, en espérant que le public répondre toujours autant présent ! ».

Télégramme – Médiévales. Le lac de Ty Colo s’embrase

La municipalité a offert samedi soir un divertissement nocturne éblouissant au lac de Ty Colo : spectacle suivi d’un feu d’artifice organisé par la société brestoise « Les Fées du feu ». Pour l’occasion, près de 20.000 spectateurs, attirés aussi par les fêtes médiévales, venant de toute la région se sont disposés tout autour du lac pour apprécier ce spectacle pyrotechnique.

 

Télégramme – Médiévales. Royal, le défilé !

Le couple royal défile dans les rues de la cité

Les fêtes médiévales ont animé la cité tout le week-end. Près de 15.000 spectateurs ont suivi les multiples animations proposées un peu partout dans la ville. Une belle fête ensoleillée, joyeuse et colorée.

La réputation d’Anne de Bretagne en Pays d’Iroise ne s’est pas affaiblie au fil des siècles. C’est devant un public très nombreux, conquis et enthousiaste, que la duchesse, au bras de son époux Louis XII et accompagnée d’environ 800 personnes costumées, a défilé, hier après-midi, dans les rues de Saint-Renan sous un soleil estival. Les figurants, troubadours, jongleurs, musiciens et cavaliers, ont déambulé et envahi nostre sénéchaussée sous les applaudissements d’environ 15.000 spectateurs.

Du Mans à Saint-Renan en passant par Milan


Les intervenants costumés et passionnés par l’histoire médiévale habitaient Saint-Renan ou la région, mais certaines personnes avaient fait des kilomètres pour participer au défilé. Ainsi, Françoise et Gérard, costumiers de profession, sont venus du Mans (Sarthe). Ils avaient revêtu pour l’occasion les tenues de parade du duc et de la duchesse de Milan, Ludovico Sforza et Philiberte de Savoie. Les costumes style Renaissance ont été créés en Italie à l’époque du règne d’Anne de Bretagne. Un véritable trésor de soie, velours et taffetas. Le départ du couple royal dans un final musical a conclu les fêtes médiévales de Saint-Renan. Encore un grand cru pour cette édition 2017 !

Télégramme – Un banquet en l’honneur d’Anne de Bretagne

Banquet royal

Le public a pu assister au banquet-spectacle des Médiévales, servi hier midi en l’honneur d’Anne de Bretagne et de Louis XII, accompagnés de leur cour. Les nombreux convives avaient réservé leurs places depuis des semaines. Costumés pour la circonstance, ils ont pu déguster de merveilleux plats et profité de deux heures de spectacles proposés par les troubadours, ménestrels, amuseurs de foules et autres musiciens.

Menu princier


Le menu princier orchestré par Sieur Denis Chanoit, dont l’échoppe se situe au 119 rue de Paris à Brest, était le suivant… Premier service : moriatus (toastés de chèvre frais oignons camelins) et vin de violette. Deuxième service : cassoles d’écrevisses en crème de safran ; patina de poireaux oignon ; riz sauvage à l’aneth et aux agrumes. Troisième service : rôts de chars, brochette de volaille au lait d’amande sauce cameline ; compotée de choux au vin rouge ; fromentée de blé aux raisins et amandes effilées. Quatrième service : tourte aux pommes, baies sauvages, raisins et miel poire au vin et épices enrobées. Un festin royal avant le grand défilé de l’après-midi !

Ouest France – Saint-Renan. Les Médiévales ont fait voyager dans le temps

Huit cents personnes ont défilé costumées, en respectant la hiérarchie sociale de l’époque : les riches devant, les pauvres derrière ! | Ouest-France

 

Près de 20 000 personnes ont fréquenté le festival médiéval de Saint-Renan. Un voyage dans le temps, entre nobles, chevaliers, troubadours et… gueux !

Grand succès, ce week-end du festival médiéval, fréquenté par plus de 20 000 personnes, attirées par une ambiance hors du commun et, surtout, par cette occasion unique de faire un bond dans le temps, à la rencontre de nobles, chevaliers, troubadours, artisans, moines, hommes d’armes et… gueux !Même si l’on remarque une nette prédilection pour les beaux habits : on rencontre ainsi beaucoup de nobles, parés des plus beaux atours, ainsi que des ménestrels élégants, mais l’on ne croise pas beaucoup de mendiants, ni de paysans.

Rigueur et folklore

Sauf au défilé, le point d’orgue du festival, dimanche après-midi, juste après le fastueux banquet, dans les rues rénanaises. Sous les flashs des appareils photo des touristes massés sur les trottoirs, sous les acclamations admiratives et les rires, c’est un beau défilé qui colle bien à l’identité du festival, oscillant entre rigueur et folklore.800 personnes costumées passent ainsi, sont méticuleusement classées selon leur rang : nobles, bourgeois, ou simples gens du peuple. En tête de file, juste après les membres du Conseil municipal des jeunes de Saint-Renan, on retrouve un membre de la cour du couple royal, qui tient un imposant Irish Wolfgang : « J’ouvre le défilé, pour pouvoir protéger la Reine, déclare-t-il en brandissant cette arme qui, à l’époque, était utilisée pour chasser les loups. »Le défilé dure plus d’une heure. Les membres du Clergé donnent de la voix et s’arrosent le gosier sans vergogne. Demain, ils troqueront l’aube pour les crampons : bon nombre des pêcheurs sont en fait membres de l’équipe de rugby de la ville…

Campement médiéval rural

C’est comme ça les Médiévales : il y a ceux qui, férus d’histoire, font attention à ne pas commettre d’anachronismes, ceux qui connaissant sur le bout des doigts la vie des personnages qu’ils incarnent et ceux qui viennent là pour profiter de l’ambiance et s’amuser, comme les Vikings, très à la mode dans les rues de Saint-Renan.On salue ainsi le talent des Compagnons de l’Hermine Radieuse qui ont étudié la vie rurale médiévale, un phénomène assez rare dans le milieu de la reconstitution historique. Ils se sont pris au jeu et animent avec talent le campement médiéval du festival.Leurs bénévoles, passionnés, communient autour d’un seul objectif : rendre l’histoire plus proche, plus vivante, plus accessible : « Loin des fastes élitistes des cours princières, nous centrons nos efforts sur l’évocation de la vie populaire quotidienne », expliquent-ils, en confiant certains détails sur la vie des Renanais de cette époque : « Le poissonnier était mal vu, comme dans Astérix ! »

Télégramme – Les Gueux de Landerneau solidaires

Les Gueux de Landerneau sont toujours une des attractions de la fête médiévale. Leur campement, situé en haut de la rue Saint-Yves, a attiré un public curieux et amusé par leur accoutrement. Habillés de haillons, les dents gâtées, le visage sale, ils interpellaient les passants, quémandant une petite pièce ou proposant leur soupe au lard ou vin chaud. Grâce à leur participation à de nombreuses fêtes, et à leur vide-greniers annuel, les Gueux de Landerneau versent régulièrement de généreux dons pour des associations caritatives (Lud’Autisme, Alzheimer…).

© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/finistere/saint-renan/les-gueux-de-landerneau-solidaires-17-07-2017-11599005.php#MpjMC0SXBigESdFJ.99