Saint-Renan, une ville, une histoire

Blason Ville de Saint-Renan1
Saint-Renan tient son nom d’un ermite irlandais, Saint Ronan venu évangéliser la région au Vème siècle. Alors que Brest n’est encore qu’un petit village, la ville de Saint-Renan va se développer tout au long du Moyen Âge.

En 1276 le duc de Bretagne y établi une cour de justice sous la dénomination de barre ducale de Saint-Renan et Brest. Après le rattachement de la Bretagne à la France, Saint-Renan devient un chef-lieu de sénéchaussée, dont l’administration civile et militaire, qui est assurée par un sénéchal, s’étend sur 37 paroisses environnantes.

En 1681, Louis XIV transfère la cour de justice à Brest, ce qui entraîne une régression économique de la ville.

Au cours des années 1960, grâce à la découverte d’importants gisements de minerai dans les marais qui bordent la rivière l’Ildut, Saint-Renan devient la capitale européenne de l’étain. Les trous creusés pour l’exploitation de l’étain seront ensuite remplis par l’eau de la rivière, créant cinq lacs : Comiren (du nom de la Compagnie minière de Saint-Renan), Tréoualen, Lannéon, Poulinoc et Ty Colo.

Les maisons anciennes du XVe et XVIe siècles, situées sur la place du vieux marché, offrent des attraits historiques et architecturaux à la ville.

Publicités